Découverte capitale

Le principe dans l’air s’appelle  » AERONAMIC « 



Dans l’eau, c’est  » l’HYDRONAMIC « 

Dans l’air, bien que l’ Aéronamic prendrait trois fois moins de surface qu’une éolienne de même puissance, il serait soumis aux caprices du vent. Une éolienne obtient sa pleine capacité avec 40 Kmh de vitesse de vent et n’ est opérationnelle en moyenne que 2O% du temps. L’investissement s’en trouve donc multiplié par 80, de plus il y a nuisances, sonores et déguisements paysagers.          

Le système  » Aéronamic » n’est donc pas à envisager, pour n’être  actif que 20% par ans.                     

Vous l’avez découvert, le système « Hydronamic » amène à une production 100% écologique, sans nuisances: sonores, visuelles, de l’éco-système, de circulation navale.                

Sa production d’énergie électrique à profusion peut être mondiale.

Je suis neutre donc libre d’écritures, d’analyses.

L ‘épuisement des énergies fossiles, les scientifiques ne peuvent nous convaincre autrement.

Même les nouveaux gisements ne nous empêcheront pas d’aller s’écraser sur le récif.  Nous sommes collectivement, par la démocratie, à la barre du navire  » Terre  » .

Je ne fais confiance qu’a un commandant de bord:  lucide,  énergique et  intelligent.                              

Les scientifiques sont unanimes, … les mouvements de la mer, l’écoulement  des fleuves, rivières, torrents, sont dans le monde des sources d’énergies considérables et inépuisables.                                

L‘exploitation par caissons rectangulaires  » Hydronamic  » à puissance 3 ! … nous pouvons avoir à nôtre disposition, de quoi entrer dans une nouvelle aire d’excédent d’ énergie électrique.                            

De plus avec le concept Hydronamic :

- Pas besoin de barrages.

-Pas besoin de pylônes à ancrer.

-Pas besoin d’interdiction de naviguer.

-Pas d’envasement.

-Pas de guillotinage des poissons.

-Pas de déguisements paysagers.

-Pas de nuisances sonores.

-Pas à craindre les caprices du vent.

-Pas à attendre la houle.

-Pas à craindre la tempête.

-Pas à accéder dans les domaines privés.

-Pas à confisquer les terres agricoles.

Ne plus se tromper !

Par exemple:     La production du polysillicium pour fabriquer les cellules photovoltaïque.

La Chine est engagée dans une course de croissance industrielle. L’entreprise Louyang Zhonggui High Technologie, est installée non loin du fleuve Jaune, dans la province du Henan. Elle fabrique du polycillicium pour les panneaux photovoltaïque du monde entier. Ses camions-bennes déversent  un liquide blanc bouillonnant, près des villages, devant les champs de maïs, voir près des écoles, quasiment tous les jours partent et reviennent.                                                  Il s’agit de tétrachlorure de silicium. D’après une enquête du « Courrier International », cette substance est très toxique, la terre devient stérile, ni l’herbe ni les arbres ne repoussent. C’est de la dynamite !… toxique !… polluante !… Il ne faut pas y toucher souligne Ren Bingyan, professeur à l’école des sciences des matériaux de l’Université Industrielle du Hébei.                   Les entreprises Chinoises se sont jetées sur ce créneau. Plus de vingt se sont lancées sur la production du polysillicium.                                   L’entreprise Loyan Zhonggui n’a pourtant produit que 300 tonnes en 2008 mais elle à prévu rien qu’en 2009 d’en produire dix fois plus.                Sachez qu’une tonne de polysillicium génère quatre tonnes de tétrachlorure de sillicium. Exposé à l’air humide, ce composé dégage en plus du chlorure d’hydrogène causant des troubles respiratoires.

Si j’ai développé ce sujet (extrait du Courrier International), c’est pour vous dire qu’il en est de même pour le stockage d’éléctricité. Le lithium est tout aussi nocif dans son exploitation. Economiquement, écologiquement, il est impossible d’envisager de remplacer les moteurs thermiques par des moteurs électriques. Les accumulateurs sont hautements polluants, autant dans leur fabrication que dans leur destruction.   Le « bio-carburant »!… n’en parlons pas, laissons la terre à l’agriculture.

Les orientations sont importantes et urgentes. Faute de cette information nouvelle, Barack Obama  vient de réduire de 100 millions de dolars les budgets consacrés aux technologies hydrogène. AREVA met en place à Grenoble une usine pour fabriquer des éoliennes. TOTAL, autant pour le bio-carburant… etc.

Des projets tentent d’utiliser les grands courants marins tel le Gulf Stréam.

Ces courants, s’ils se heurtent à des fermes d’hydroliennes en grand nombre, ne seront pas sans conséquences sur le climat.  L’exploitation préconisée avec l’HYDRONAMIC, est marée motrice, donc en fin de cycle des mouvements cinétiques et sans conséquence sur l’environnement.

Seul l’hydrogène, à la place du GPL peut apporter une réponse efficace et rapide pour que tous transports deviennent 100%  écologique.  Ce n’est pas une utopie si nous savons exploiter les énergies marines.

Les autres technologies resteront là où les énergies hydrauliques sont en déficit. Les dégâts collatéraux de pollution ne seront acceptables qu’à condition d’être minimisés.

Allez la France, il y à trop à faire pour se payer le luxe d’un grand gaspillage.  Seul je ne puis rien faire. J’ai besoin d’un industriel, d’une volonté politique, pour concrétiser cette découverte. Un contrat de partenariat est en place et ne sera communiqué qu’après examen des candidatures.

Auteur: Yves Rousseau le 13 mars 2010
Article: Nouvelles

Laisser un commentaire

Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire